Fatrasies

Print Friendly

(Ça s’appelle « Fatrasies », pour assurer …)

La solution du bruit tient dans le murmure de quelque chose
(page à base de flèches de tous bois, en construction continuelle)

***

Quand il n’est plus possible de répondre à la question « Que faire ? » on est obligé de répondre à la question : « Où aller ? »
Quand il n’est plus possible de répondre à la question « Où aller ? » on est obligé de répondre à la question : « Que faire ? »
Tu comprends pourquoi le dualisme forcené fabrique forcément des forcenés ?

***

Savoir qu’on peut partir tranquille enchante le choix de rester

***

La différence entre un nomade et un errant, c’est que ce dernier n’est pas du métier

***

La névrose est la gestion immunitaire de la mémoire problématique.

.***

Il y a une ignorance naturelle des réponses invisibles aux questions qui ne se posent pas.

***

Indépendamment les unes des autres, à peu d’intervalle, il s’est trouvé une généraliste, une pharmacienne, une psychiatre et une infirmière pour me dire
« Vous, vous êtes une battante »… (sic)
Y’a 5 ans, j’aurais cru que c’était une insulte, mais là, c’est un complot : ça doit être vrai !

***

Avec toutes les cochonneries que nous ingurgitons jour après jour, nourriture ou médicaments, même notre mort n’est pas un cadeau pour la Nature : il est bien certain que les asticots ne peuvent que développer des pathologies lourdes à s’empifrer de nos vestiges …

***

Le calme impressionnant de la nitroglycérine au repos …

***

À force d’habitudes circulaires comme les pas d’un chien attaché
Le sillon que l’on trace devient un chemin d’ornières sans ciel

***

Devant, l’herbe est plus verte. (Attila)

***

Archimède disait qu’on peut soulever le monde, si on a le bon levier.
Mais quel levier soulèvera les ruines du ciel quand il nous sera tombé sur le coin de la gueule ?

***

Conversation
Deux assureurs discutent ; d’instinct, ils causent des dégâts.

***

Il est des métamorphoses qui passent par d’affreux crash-tests avec le rien.
Tant de papillons qui naissent cabossés, le savais-tu ?

***

Rien n’empêche un médecin d’investir dans une entreprise de pompes funèbres. Faut qu’il soit discret, c’est tout.

***

Constellations
Tantôt ils l’appellent Grande Ourse ou Petite Ourse,
ou Grand Charriot ou Petit Charriot, mais moi
je vois bien que c’est une casserole.

***

Paraît qu’au Japon, on ne souhaite pas la bonne année aux centenaires. On dit juste : « Bonne journée » …
(d’après une source peu fiable …)

***

Les peuples heureux n’ont pas d’histoire jusqu’à ce qu’on aille leur en chercher.

***

Les grandes douleurs sont muettes
C’est pour ça que les bonnes femmes qui braillent en accouchant, elles doivent pas avoir bien mal, au fond …

***

Théologie :
Qu’est-ce qu’un Dieu éventuel peut avoir à foutre de fidèles qui passent leur temps à cracher sur leurs mères, et si un tel Dieu existe, qu’avons-nous à foutre de lui accorder la moindre considération ?

***

Il faut rire de soi-même en premier, de sorte que les imbéciles, craignant de paraître vous approuver en riant aussi, préfèreront fermer leur gueule.
Ce qui est tout ce qu’on leur demande.

***

« La paix vaut encore mieux que la vérité ». (Voltaire)
Dans les cimetières on a les deux. (Phlune)

***

Où que j’aille et quoi que je fasse, il existe un point du monde correspondant exactement aux antipodes, pour moi.
Parfois je me demande ce que mon fantôme fout là-bas …

***

On peut toujours détourner le sens de ce qui n’en a aucun, ne serait-ce qu’en lui en donnant un, tu vois ?

***

Je compte ecrire « Les mémoires d’une vieille fille dérangée »
dès que j’aurai retrouvé mes notes …

***

La vie s’éternise en sautant d’éphémère en éphémère, comme de branche en branche

***

On te soupçonnera dès lors que tu ne sauras pas mentir comme tout le monde.

***

Les couilles sont l’argument suprême des gens qui n’en ont pas (d’argument)

***

Dialectique :
La lucidité empêche la joie de se perdre en euphorie.
La joie empêche la lucidité de se dégrader en cynisme.

***

Définition :
On appelle crime de laisse-majesté l’action de déposer le roi.
(je ne sais pas, moi, n’importe où, sur la voie publique, par exemple …)

***

On me dit que pour réussir les doigts dans le nez,
il faut d’abord se les sortir du cul
et moi je dis que dans l’intervalle il faut passer par les lavabos, c’est mieux.

***

Nul-le ne peut se garantir absolument de la tragédie.
Il faut donc absolument donner sa chance à autre chose.

***

Tant qu’on permet au chien d’aménager sa niche,
il ne tire pas sur sa chaîne.

***

La moitié de mon bonheur vient de ce que  me donne le monde,
l’autre moitié vient de ce que j’en fais.

***

Cesser d’aimer empêche d’ avoir aimé.

***

« Ne vous demandez pas ce que vous auriez fait à la place de Lucie et Raymond Aubrac, demandez-vous ce qu’ils auraient fait à la vôtre » (Robert Guediguian)

***

Tout espérer, ne rien attendre

***

« La philosophie et la joie sont filles du même instant ». (Épicure)

***

La différence entre toi et moi est infinitésimale, non-nulle, et sacrée.
L’énigme résolue, on en peut célèbrer le mystère à loisir.

***

Il grogna qu’on lui avait volé sa feuille de vigne
Elle l’apaisa d’un chant sur la beauté des raisins

***

Le grenier des Maîtres du Vide
était plein.
Un comble.

***

Le Pôle Nord est le point -unique- du globe terrestre à partir duquel il est impossible d’amorcer un déplacement autre qu’en direction du Sud.
Et inversement.
C’est chouette, ça. Non ?

***

J’aimerais qu’on me prenne en amitié comme en photograpie
Y a-t-il quelque artiste pour cela ?
Est-ce trop demander ?

***

Il me plaît de penser que nous puissions disparaître asymptotiquement, ou comme une trace dans le sable …

***

Je me sens neuve et libre
telle une jeune ptérodactyle sortant de l’oeuf
dans le soleil du matin.

***

Quand le hurlement s’est tu, le silence faisait encore un raffût scandaleux

***

L’amour libre n’est pas une utopie, c’est un pléonasme

***

Souvent me trompe
Jamais ne triche
Erre souvent
Mais ne me vends.

***

Une personne déterminée est determinante.

***

« Les femmes ont raison de se rebeller contre les lois parce que nous les avons faites contre elles. »
Michel de Montaigne

***

La nuit, tous les chats sont gris. Le jour, c’est le contraire.

***

La fantaisie est toute autre chose qu’un complément décoratif de l’ordre.

***

Si l’Etat est une entreprise, la population est un cheptel.

***

L’art de la critique est aisé, mais difficile.

***

Je persiste à penser qu’Alceste  a tort, mais je ne peux pas lui en vouloir.

***

Fauve alloué est à moitié carboné. (Caresse globulaire)

***

Le desespoir est un conseiller STUPIDE.

***

Le nombre de gens de mon âge qui sont déjà morts n’arrête pas d’augmenter.
Je constate, c’est tout.

***

La patience est ce qu’il y a de plus long à apprendre

***

Grammaire de la Nuit : Le verbe nosfaire conjugué à la deuxième personne singulière du futur de l’indicatif, forme interrogative : Nosferas-tu ?

***

SCOUPE  : Georges Brassens enfin traduit dans la langue de Shakespeare :

When I think to Fernande
I tape, I tape …

The tapation, Daddy,
You cann’t order it.

***

Il avait trop forcé la veille sur la phagocytose.
Au matin, impossible de trouver son dentier.

***

Enfant, je pensais que les incunables étaient des trucs qu’on ne pouvait pas cuner. Depuis j’ai réalisé mon erreur :
en fait, on peut.

***

« Ben dis-donc, celui-là, il n’a pas inventé le fil à couper l’eau tiède »

(Plumoo)

***

Chassez le naturel par la fenêtre
Il revient par la porte au galop

***

Sachez abuser avec modération

***

Tous les nouveaux-nés sont des vieillards, tous les mourants sont des débutants.

***

J’appelle « charisme » une exemplarité légitime et rien d’autre.

***

Je connais une route  tellement défoncée que les poules y font leurs nids au fond de celui des autruches.

***

On n’a rien à cacher quand on n’a pas de vie intérieure.

***

Quand on n’a qu’un marteau, tous les problèmes sont des clous.

Abraham Maslow

***

Si bien caché-es que vous soyez dans l’ombre de votre grotte inconnue, baisez dans la lumière.

***

Les larmes de crocodiles aggravent les crues du Nil.

***

Deux secondes avant de se jeter hors du nid, l’oisillon ne sait pas voler.

***

Je ne précise jamais que je suis la Reine du Monde : j’ai peur de me faire draguer par Leonardo di Caprio. Et les histoires de remous finissent mal, en général.

***

Tout porte à croire que le tournevis cunéiforme a été inventé par un alcoolique invertébré.

***

On appelle « accululation » la réunion d’un grand nombre de hiboux.

***

« La gauche PEUT mourir … »
(M. Valls –  fossoyeur de son état)

***

L’alchimie possible transforme le plomb,  peur de la mort, en or, amour de la vie.
Que veux-tu de plus ?

***

« Ne baisse pas les bras : tu risquerais de le faire une heure avant le miracle…     (Proverbe arabe)

***

J’ai ecrit jadis : « On m’a refilé une fausse clef des songes : c’était un passe nulle-part ».
Mais le mystère a encore épaissi depuis : je me suis demandé ce qui se passerait si je trouvais une fausse serrure qui s’ adapte …

***

Heureusement que j’ai des chats à nourrir, sinon, je serais bientôt envahie par toutes ces masses de croquettes que j’achète …

***

Je m’ étais engagée à la légère
Je dégageai en prenant la lourde

***

« Quand l’accès à la monnaie est le point de passage obligé de la simple survie, et que cet accès n’est possible que sous la forme du salaire, il apparaît que le fond du salariat, c’est le pistolet sur la tempe. »

 (Frédéric Lordon)

***

Que seuls les imbéciles ne changent jamais d’avis ne donne pas l’intelligence aux girouettes .

***

Je m’en vais dans une autre aile de mon château.

(Parfaitement, c’est un château avec des ailes,
flap-flap-flap,
et alors ?)

***

Le café ne me fait absolument aucun effet : je peux en boire 5 tasses, ou deux litres, voire plus : de toutes façons,  je ne dors pas.

***

Il y a l’improbable.
Ça ne multiplie pas  les miracles, mais ça les empêche d’être impossibles.

***

La prière fourbe :

Il est clair à présent que si Dieu existe, il ne VEUT PAS que je possède un million. Je me demande si j’aurai brusquement la foi, lorsque j’aurai un million.
J’attends de voir,  je promets rien, hein …

***

La longue patience d’une maternité comme d’une transition est un sommet d' »art martial passif »,  autant dire potentiellement un des plus violents. Il convient de viser juste, la porte est étroite …
« Une flèche, une vie » (Herrigel) …

***

Qui s’instruit sans agir laboure sans semer (Proverbe arabe)

***

Nous sommes des désordres qui préfèrent la justice.
Merde à l’Empereur

***

Le monde est plein de paranoïaques qui me veulent du mal

***

Au train où vont les choses,
les choses où vont les trains
cesseront bientôt d’être des gares

***

On ne ment pas aux enfants
Donc : interdiciton du catéchisme aux mineurs.

***

J’adore contempler les escargots : rien que pour les surprendre en pleine course, il faut une patience de dingue …

-Ah ? Jamais vu courir des escargots, moi
-Ben … t’as pas de patience, c’est pour ça

***

Il se trouve que j’aime bien la confioutcheure oeuf strobériz ; la médecine demeure perplexe, le cas fait controverse, soulignant à l’évidence une dissention aporétique sur quelque épineux point de doctrine …

***

Je jette en l’air un mot
Tout alors est ce mot

***

« Ne montre pas l’eau vive à qui ne peut la boire … »

Marceline Desbordes-Valmore

***

Il ne faut pas vendre la peau de l’ours
À la fin elle se casse

(Jean-extraits de La Fontaine)

***

Comme l’Espérance est violente,
on augmente les crédits de la police.

***

La vraie grandeur c’est grandeur nature :
Quand c’ est petit,  je me penche
Quand c’ est grand,  je m’incline.

***

Pour arriver à se réveiller, il suffit de prendre un bon somnifuge 1/4 d’heure avant le réveil.
Une autre technique, plus ancienne, (adaptée aux enfants) consiste à compter les moutons à partir du dernier.

***

J’ai réfléchi qu’en roulant suffisament lentement, il est en principe possible de griller plusieurs fois un même feu rouge en un seul passage.

Mais c’est technique ….

***

Boîter, c’est marcher.

***

Les rêves ont tous leur poids de fatigue
Et leurs sourires d’îles obscures

***

Se « sentir aimer » ou bien « se sentir aimé-e »
sont la même chose.

***

S’il est acquis qu’en matière de poisons, tout est affaire de dosage, il se peut que la peur du poison l’emporte en toxicité sur le poison lui-même.
Simplement pour dire que la peur est un poison comme un autre.

Très addictif, apparemment, si l’on en croit les taux records d’audience des journaux télévisés et le succès des films d’épouvante, apocalyptiques ou simplement affreux.

***

Peser ses mots dispense de les mâcher.

***

Darkvador Dali :

Louk-kh ? Yé souis toun pèrrrrrhh ….

***

Je croirai à la possibilité des voyages matériels dans le temps le jour où on remontera des fonds marins un vieux galion espagnol  indiscutablement coulé par un missile de croisière inventé 400 ans  plus tard.

***

Si personne ne s’amusait jamais
on rigolerait pas souvent

***

Entendu à la radio un vieil acteur shakespearien qui dit :
« Je ne pense pas que l’imagination nous est donnée pour voir des mondes parallèles. Elle nous est donnée pour voir la réalité.  »
et je m’imagine assez bien que c’est vrai.

***

Les homos couchent entre eux ( les hétéros aussi, notons.)
Rien ne les distingue de vous, homophobes, RIEN,
hors le petit cinoche sordide qui vous fait fantasmer sur ce qui se passe dans leur lit. Quant à fantasmer sur vous, on n’en a pas besoin, il nous suffit de savoir de quoi vous vous goinfrez depuis que la pornographie est gratuite.

***

On arrive bien à concevoir les enfants,
on devrait pouvoir les énoncer clairement.
(Trouvé à une époque où je cherchais à tout prix à contredire Boileau :-D )

***

C’est bien la peur qui pousse les plantes à se reproduire :
ainsi, les fraises des bois  baisent d’effroi.

***

L’oubli
Vrai rempart du secret

***

La conscience est l’intégration archétypale du regard de l’autre.

 ***

Garde une intranquillité
Gère-la avec élégance

***

Le salaire de Pyrrhus

Qu’il y ait un dieu ou non, et quelle que soit l’hypothèse préférée, le partage n’est pas entre les gens qui croient et les gens qui ne croient pas, la rose et le réséda, tout ça … dualisme candide, enfance de la pensée …

La ligne du partage passe entre ceux qui savent qu’ils croient et ceux qui croient qu’ils savent.

On peut toujours discuter proprement avec les gens qui savent qu’ils croient, parce que discutant en sachant, on s’apprend des trucs. (C’est tout le bénéfice du doute, ça)

Les gens qui croient qu’ils savent n’enseignent rien à personne, ils fourguent leur propagande et sont toujours animés d’un besoin plus ou moins mécanique de clouer le bec à quelqu’un.

Pour ce que Pyrrhus gagne …

***

C’est fou le nombre de justiciers qui savent exactement comment il faudrait torturer Hitler

***

Tant que tu n’as pas rencontré l’âme soeur,

Tu ne peux pas savoir si elle est une personne,
un dieu, le monde, ta pomme  ou la mort.
Rends-toi disponible, ça te vaudra toujours mieux que le cinéma prévisionnel dans quoi s’enferment si facilement les destins.

***

Le soir arrive.
Ciel gris, chien et loup
et avec,
océanique,

l’incommensurable cafard qui m’ envahit  en tant que nourrisson.

***

Il ne fault poinct comter sur autruy pour avoir haute idée de nous mesme, aussi, de hors comme en nostre privez, nous devons-nous chargez gaïemant d’icette besoigne.

(Limaçonne de Montaigne)

***

Un haltérophile
Ôtez lui sa hache
Un altruiste

***

La matière noire
C’est la matière grise
concentrée et sans lumière

La conscience s’envoie partout de partout,
transparente et présente
L’Univers y passe, comme le café dans le filtre …
La lumière traverse et file, tandis que la matière stagne,
bloquée ici,
trop lourde
provisoire,
les pendules disent tout le temps qu’un truc a bougé.
Et même, elles ne disent que cela …

Il me semble que la lumière échappe à la gravité un peu comme à cause d’un principe d’Archimède qui la ferait monter, s’arracher  au trou noir, quitte à hésiter en se lançant, ou s’incurver un peu, ça et là, alors que tout dit qu’il faut aller selon la Pesanteur.

D’où son rapport à la Grâce.

***

Ce que l’on perd à cause de notre souci de Justice
n’est jamais aussi grave que ce que l’on bouzille
par négligence ou par absence de scrupules.

Ce qu’on fait passablement avec la peur
On le fait très bien sans elle

Ce que l’on fait médiocrement sans l’amour
On le fait merveilleusement avec.

***

Ce soir dans le  septième ciel
La Consolation de la Grande Ourse

***

Ô, forêts magistrales qui me dites tout
et que j’écoute sous une pluie sensationnelle

***

Ceux qui triomphent quand ils ont raison
sont les mêmes que ceux qui nient quand ils ont tort
La Justice véritable n’a que faire de triomphes

***

Il est totalement impossible de voir ce qu’on est totalement incapable de croire.