Tartuffe’s Awards : ze ouineure iz ….

Print Friendly

… Najat VALLAUD-BELKACEM

 

Madame

 Ceci est une lettre ouverte.

Donc une manoeuvre un peu fourbe pour vous inciter à la réaction, à l’explication, à la justification car j‘exige des comptes, et bien au delà de moi et mes petits pamphlets faciles,  vous nous les devez, à nous trans’, vous les devez à une petite communauté persécutée à bas bruit depuis des decennies par l’Etat que vous servez.

D’un simple point de vue humain, (un peu lesbien, aussi) vous dispensez avec aisance bien plus de grâce que j’aurais pu peut-etre l’espérer moi-même si j’avais pu transitionner en 1984, j’avais 25 ans, lorsque j’ai découvert en avoir vraiment besoin, mais à cette époque, les psychiatres étaient, plus encore que maintenant, programmés à se payer gentiment nos têtes et à ricaner dès que nous avions le dos tourné, plutôt qu’à imaginer la moindre hypothèse permettant d’envisager une quelconque communication avec notre race  (Je sais. Je le fais exprès, c’est un emprunt à l’Amérindien), et l’Etat n’a pas été en reste, j’en ai longuement parlé dans  cette rubrique même (le ton y est vert, mais la rigueur impeccable, je vous invite à en juger par vous-même, c’est faisable en moins d’une heure).

Mais la France, indécrottable fille aînée de l’Eglise, a trouvé en vous dans l’hypocrisie du régime qui est le nôtre, une représentante admirable, et si je m’attribue ce pauvre honneur de vous remettre aujourd’hui le Tartuffe’s Award, ce n’est pas pour l’ensemble de votre oeuvre, seulement pour la constante et volontaire cécité compassionnelle, caritative, et un peu écoeurante avec laquelle vous avez osé parler de nous, avec vos pouvoirs, votre arrogance, votre miel en bouche qui ne présage rien de bon sur ce que vous avez dans le coeur.

J’ecris cet article pour en remettre une louche.

C’est votre affaire, après tout de récupérer un peu des conséquences  qu’il y a à « assumer des responsabilités ». De mauvaises langues se feraient un plaisir de vous rappeler combien cette expression signifie l’impunité, et si je vous écris le fond de ma pensée sans état d’âme, ce n’est qu’un simple retour :  je n’ai, hélas, pas encore de « doute sérieux » sur votre absence totale de scrupules concernant les salades que vous nous avez vendues, à nous trans’, depuis votre accession à votre beau poste,  si gratifiant mais  combien difficile, ah la la.

J’espère que vous m’épargnerez le simulacre de l’offense faite à la  ministre outragée, discuter carte sur table serait un bon début, ça nous changerait du mur de mépris qu’on nous oppose au plus haut niveau de l’Etat, avec la complicité ouverte d’une certaine médecine depuis 30 ou 40 ans.

Comme je crains le risque d’ennuyer mon lectorat, rare et précieux, il pourra se reporter utilement à la fin de cet article bavard où je résume mon jacassin en 15 lignes, pas une de plus. En attendant, là,  j’accuse, et vous mets en demeure.

***

La base de ma petite tentative de remise des pendules à leur place est consultable ici :

Les droits des trans’ attendront le projet de loi de simplification du droit en 2014 | Yagg

 Voilà.

Ça date de Septembre 2013.

Là où la télévision, de cadavres en cadavres, s’applique jour après jour à nous construire une mémoire de poisson rouge, ce salaud d’Internet se rappelle de tout, foutre, et j’ai relu en détail ces propos de vous et vos amis. Considérant l’objective nullité du gouvernement actuel sur des sujets comme le nôtre, j’avoue que mon premier mouvement était pour une bordée d’injures, mais j’en fais l’économie parce que, à présent âgée ou presque,  j’ai été  élevée dans le culte  suranné de la civilité, et d’une certaine conscience de gauche (voir ce mot), aussi je me sens obligée de rechercher la discussion, parfois contre toute raison.

N’empêche … je n’ai pas résisté à la tentation de réaliser quelques courts-circuits : ainsi à la fin de l’article de Yagg, je vous lis :

« Merci à toutes celles qui ont déposé ces amendements mais le sujet mérite mieux que des mesures partielles qui pourraient être considérées comme des cavaliers par le Conseil constitutionnel, au risque de décevoir les espoirs soulevés. Dans le cadre du projet de loi de simplification du droit, au premier semestre 2014, des dispositions seront inscrites qui s’inspireront de vos travaux. Dans l’attente, je souhaite le retrait de ces amendements. »

Je passe sur le fait qu’ au final c’est  vous et Mme Taubira qui avez fait obstacle à toute reconnaissance en France des identités de genre atypiques (la transidentité, il faut dire, vous savez bien que le mot « transsexualisme » est largement disqualifié par la population concernée, comme le sont tous les psys de la vieille école qu’écoute encore  la DACS par ignorance …) vous avez préféré vous obstiner à utiliser la notion « d’identité sexuelle », qui est pour ainsi dire vide de sens , et cela à seule fin de protéger l’Etat de ses illégalités notoires, manifestes, et déjà anciennes, j’ai parlé de ça ailleurs dans ma rubrique)

Mais c’etait très intéressant – comme promesse …. c’est pourquoi, ce premier semestre 2014 étant déjà mort et enterré,   je suis allée,  par désoeuvrement autant que par vieux reflexe citoyen, m’instruire ici  :

http://simplifionslaloi.assemblee-nationale.fr/

où l’on peut lire cet ambitieux projet de la Commission des lois :

Afin de mettre en œuvre les principes et objectifs de valeur constitutionnelle de clarté, d’accessibilité et d’intelligibilité de la loi, il lui paraît utile, dans ses domaines de compétence (droit civil, droit pénal, droit commercial, droit des collectivités territoriales, droit administratif…):

  • d’abroger des dispositions devenues inutiles, redondantes, obsolètes ou insuffisamment normatives ;
  • de proposer la mise en cohérence de dispositions mal coordonnées, voire contradictoires ;
  • de suggérer la réécriture de dispositions peu intelligibles.

C’est ce qu’il nous faut, ai-je pensé, y’a du taf, c’est rien de le dire, bref, je me suis lancée dans la participation via la fenêtre prévue à cet effet, et ce sera là le résumé promis tout à l’heure :

“Bonjour

Après analyse détaillée, lisible ici :
http://www.phlune.net/?p=1592
TOUT le droit des personnes trans’ est foncièrement anti-constitutionnel. Si vous voulez bien dépasser le côté un peu primesautier ou vulgaire de cet article, vous verrez que je dis vrai.
J’ai ecrit à la DACS, à deux reprises, de façons très documentée, on m’a répondu par des lettres types …

Les tribunaux étant encombrés au delà du pensable, pourquoi ne pas déjudiciariser la procédure humiliante et moyenageuse (au mieux napoléonienne) du changement d’état-civil en faisant simplement passer dans le droit la résolution 1728 du Conseil de l’Europe, signée par la France en 2010, et qui n’a pas reçu le moindre début d’application à ce jour ?

Merci de votre attention”

J’ai reçu un mail-type de confirmation :

Nous avons reçu votre courrier et nous vous remercions pour cette contribution, qui enrichit la réflexion de la Commission des lois et le débat public sur un sujet fondamental. A l’issue de cette consultation, la commission présentera les propositions de réforme issues de ces suggestions et vous en informera.

Chiche …

Bon.

Sinon, j’ai un nouveau projet de Constitution, si vous voulez :

Article unique : Tous les êtres humains se doivent le respect inconditionnellement de la naissance à la tombe.

Je n’ai pas encore pu pousser la synthèse au delà de ce credo, mais au moins, puisque de toutes façons il ne s’agit pas de nous « comprendre », mais bien de nous restituer nos droits, disons que ça commence et ça finit par celui-là, et notre  citoyenneté viendra toute seule, dans la foulée.

(Et puis, je vous en conjure, épargnez-nous votre compassion de bénitier, ça devient pénible, à la fin, nos allié-es véritables savent toujours éviter ce genre de circonvolutions, prenez-en donc de la graine ! )

P.S. 1 Comme je viens de le lire sur votre site :
« Le parlement a adopté le projet de loi pour l’Égalité réelle entre les Femmes et les Hommes »

Mais nous, trans’ ?
Si on n’a pas droit à l’égalité réelle, elle ne l’est pas, c’est tout.

P.S. 2  Si comme je le soupçonne avec mon mauvais esprit familier, vous n’avez rien de solide dans votre besace (la reconnaissance pure et simple de l’identité de genre telle que définie par les Principes de Jogjakarta -(2007), le rapport Hammarberg-(2009) et la résolution 1728-(2010),  d’où déjudiciarisation et démédicalisation complètes et gratuité du CEC, ce serait la base)  avant qu’une échéance électorale quelconque balaie ce gouvernement comme fétu de paille au vent, évitez au moins de nous refiler des calendriers fictifs : comme à tout le monde, les faux espoirs nous font du mal, autant vous taire.

Donnez-moi tort !

… donnez-moi tort, Madame : fortes que nous sommes,  l’une comme l’autre, du droit à l’erreur,  je ne demande pas mieux que d’écrire joyeusement ici même avec tout le soin dont je suis capable  l’aggiornamento qui vous retirera ce prix ridicule.

Bien à vous

Phlune

/!\  Mise à jour ici … /!\